Fernando Sor-Studies for guitar

Fernando Sor, Études opus 35 et 60

Par Wim Hoogewerf : guitare

Wim Hoogewerf continue son œuvre de ré-interprétation des grands maîtres de la guitare solo, en enregistrant l’opus 35 « 24 Exercices très faciles » et l’opus 60 « Introduction à l’étude de la guitare en 25 leçons progressives » de Fernando Sor (Barcelone,1778 – Paris, 1839).

L’interprète a porté son attention sur la « Méthode pour la guitare » publiée à compte d’auteur par Fernando Sor à Paris en 1830 : cette méthode présente des options musicales et techniques élaborées par le compositeur, qui apportent un éclairage très intéressant, voire même fondamental, sur ses compositions dont l’essence même est de projeter l’orchestre symphonique vers la guitare, entreprise que Sor évoque dans les termes suivants :

 « Si l’on fait un portrait de grandeur naturelle, on y trouvera tous les plus petits détails que l’on voit dans l’original, et l’on appelle ce tableau portrait original ; voici l’orchestre : que l’on fasse une copie de ce portrait dont les dimensions soient seulement le tiers du premier, une grande partie des petits détails sera supprimée ; d’autres, qui dans la grandeur totale étaient développés, seront représentés peut-être par un seul point ; les proportions relatives des traits seront toujours les mêmes, et malgré que chacun aura moins de coups de pinceau, on verra le même objet ; voici le piano-forte : si de cette copie on en fait encore une autre réduite au tiers, on sera obligé de faire bien plus de suppressions ; un petit cercle de l’original pourrait être représenté par un point, et cependant produire l’effet du petit cercle ; de sorte que les moyens de saisir la ressemblance étant moins nombreux en détail, elle serait parfaite si les traits conservaient les mêmes proportions relatives ; et voici la guitare. »

La gageure de Wim Hoogewerf est de suggérer tout cela dans son jeu. L’entreprise conduit à retirer tout rôle aux moyens typiques de l’expression guitaristique : pas d’arpège à tout moment, pas de rubato que seul un individu pourrait produire…Par contre, l’auditeur doit percevoir que la battue d’un chef d’orchestre virtuel est respectée, que la guitare sonne comme un orchestre en miniature. Pensons par exemple à Nikolaus Harnoncourt, le chef préféré de Wim !

Cette parution est accompagnée de la publication de la partition des études, gravée dans les règles de l’art par Wim Hoogewerf lui-même.

Les guitaristes professionnels et amateurs pourront enfin trouver l’ensemble des études réunies en un seul document établi de manière actualisée et précise

Visuel de couverture : d’après une œuvre de Anne Emery
Portrait de Wim Hoogewerf : © Emir Srkalovic